L’épreuve du feu

Publié: 23/07/2011 dans Eco-anthopologie, Un stage au Québec
Tags:, , ,

Bon voilà venir un article sur …. mon terrain …. tatatan [musique de suspense]. Oui, je sais, j’avais dit que je ferais d’abord un article sur les rockeuses provocantes mais c’était juste pour attirer le chaland (en fait c’est que j’ai pas vraiment le temps de faire une recherche approfondie sur un sujet non relatif à mon mémoire…).

Pourquoi ce titre? Parce que dans le milieu de l’anthropologie et de l’ethnologie, le terrain est souvent vu comme une sorte de rite initiatique qui ferait de vous une vraie anthropologue/ethnologue. Ça fait pas tout non plus : il y a des tas de grands noms dans ce milieu qui ont fait très peu ou pas de terrain. D’un autre côté certains pourraient trouver que je n’ai pas encore vraiment passé mon « épreuve initiatique » puisque je n’ai été qu’une semaine (et encore) sur le terrain et que je n’ai pas réellement fait d’observation participante. D’autres considèreraient (dont moi) que les entretiens que j’ai eu avant, même si c’était avec des fonctionnaires dans leur bureau à Québec, c’était aussi « du terrain »…

Mais bon, quoi qu’il en soit aller là bas et faire des entretiens avec des Atikamekw à Wemotaci c’était quand même un moment important!

Je vais être brève pour ne pas spoiler mon mémoire de master (ah ah ah) mais les Atikamekw constituent une nation autochtone du Québec, une des « Premières Nations » (C\’est eux). Cette nation comprend 3 communautés réparties dans 3 villages ayant un statut de « réserve indienne » (on est toujours sous le coup de la « loi sur les indiens », si ça vous intéresse je vous en dirais un peu plus là dessus) : Manawan, Obedjiwan et Wemotaci, cette dernière étant celle qui m’intéresse pour ma recherche (C\’est là).

La route entre La Tuque et Wemotaci, non goudronnée et très empruntée par les camions de transport de bois (j’ai pas les chiffres mais je pense que l’exploitation du bois est l’activité économique principale de la région) Le trajet

C’était vraiment beau… Là c’est une petite rivière québécoise!

Lors de cette semaine j’ai donc fait 17 entretiens ce qui est apparemment assez exceptionnellement efficace dans le contexte. C’est-à-dire que j’avais très peu de temps, je débarquais de manière un peu imprévue et c’est compliqué de travailler avec les communautés autochtones. Dans ce genre de recherches, il y a eu tellement d’abus par le passé, et tout est tellement politique dans ce milieu, que les nations autochtones contrôlent en détail ce que leur veulent les chercheurs (ce qui n’est pas plus mal). Il a donc fallu que j’ai l’accord du Conseil de la Nation Atikamekw, de la Grande Chef (ouais c’est une femme : respect!) et du Conseil de Bande de Wemotaci (en m’engageant à leur faire vérifier mes écrits avant diffusion) avant de pouvoir faire mes entrevues. Ensuite ce qui m’a excessivement aidé, ça a été de rencontre les bonnes personnes au bon moment (donc là je vous laisse choisir : chance, hasard, synchronicité, destin – cocher la réponse qui vous convient) et ducoup c’était génial, ça aurait pas pu mieux se passer et j’ai fait des supers rencontres! 🙂

Oui mais pourquoi ce titre encore? La deuxième raison c’est le feu. Il y a un an un grand feu de forêt, provoqué par la foudre et la sècheresse a brûlé le territoire entourant le village, menaçant la communauté de Wemotaci et provoquant l’évacuation de tous ses habitants ; sauf les « Guerriers du feu » – pompiers volontaires de Wemotaci – qui sont restés pour lutter contre l’incendie. Voilà quelques images de ce paysage, les végétaux repoussent mais c’est encore assez glauque (pour comparaison, la photo au début de l’article vous donne une idée du paysage qu’il y aurait sans ce feu).

Le pont juste avant Wemotaci que l’on aperçoit sur l’autre rive avec, derrière, la zone brûlée.

Au coeur du territoire brûlé :

Presque la plage mais face à une mer de cendres…

Une rue de Wemotaci. Juste parce que la plupart des français ne se rendent pas compte de ce qu’est une « réserve indienne » : c’est un village, avec un statut légal particulier et des habitants qui étaient sur le continent avant les colons européens.

Et pour clore ce terrain, un magnifique coucher de soleil auquel on a au droit en quittant Wemotaci…

PS : vous avez vu comme je donne des informations sans citer les sources? Et ben ouais parce que c’est MON blog je fais qu’est-ce que je veux avec et si ça vous satisfait pas vous aurez qu’à lire mon mémoire! (moi stressée par ma rédaction? Je vois pas ce qui vous fait dire ça…)

PPS : malgré le PS ci-dessus, je précise que pour ceux-celles qui connaissent le sujet n’hésitez pas à me corriger si je dis des conneries!

Publicités
commentaires
  1. Philippe dit :

    Je coche : « synchronicité » ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s