Archives de la catégorie ‘Féminisme’

Pendant longtemps – pour être honnête toute ma vie jusqu’à il y a quelques mois – j’avais une vision des relations romantiques/amoureuses (1) qui incluait l’objectif d’être une « bonne petite amie ». Cet objectif me paraissait inévitable parce que comme l’illustraient parfaitement tous les films et les séries avec lesquelles j’ai grandi : on est soit une bonne petite amie, soit une mauvaise petite amie, alors c’était évident pour moi de choisir d’en être une bonne!

J’ai poussé l’atteinte de cet objectif très loin puisque j’ai longtemps reculé le moment de me mettre en couple en grande partie parce que je pensais que j’avais trop de choses à régler chez moi avant de pouvoir prendre part correctement à une relation de couple. Je pensais en effet que je ne pouvais pas être une « bonne petite amie » avec toutes mes névroses et mes failles.

Ça m’est même arrivé de voir des couples hétérosexuels et de me dire « je ferais une bien meilleure petite amie qu’elle! » (ah le bon vieux message misogyne internalisé : soyons en compétition entre femmes, en compétition pour les hommes et leur validation bien sûr! -_- ). Et comme je suis quelqu’une qui analyse et théorise beaucoup, je réfléchissais à ce qu’était une « bonne petite amie » bien sûr, pour me préparer pour ce rôle, et je peux vous dire que – étonnamment (not) – ça ressemblait pas mal à la « Manic Pixie Dream girl » (2) qu’on trouve dans de nombreuses comédies romantiques, vous voyez le genre? La « bonne petite amie » est en effet quelqu’une qui aide l’homme à s’épanouir, à exploiter son plein potentiel, à reprendre confiance en lui, etc, etc. Ça peut paraître super positif comme ça : ben oui, c’est beau et généreux de vouloir le bien des autres et surtout des personnes qu’on aime SAUF QUE NON. Là, c’est un piège.

i(Gif issu de la super série Parks and Recreation)

Je m’en suis rendue compte lorsque j’ai réfléchi à ce concept de « bonne petite amie » récemment, et à la vision que j’avais du couple hétérosexuel telle que construite par mon éducation, ma famille, la société et j’ai vraiment ressenti l’importance de déconstruire tout ça! Et pour cause, ce concept de « bonne petite amie » c’est de la BULLSHIT! Ça n’existe tout simplement pas une « bonne petite amie » ni une mauvaise d’ailleurs!

Développons un peu sur cette chose qui n’existe pas mais qui fait beaucoup de mal dans les chaumières…  Commençons par cette réflexion : est-ce que je peux être une bonne vendeuse? (il va y avoir un lien je vous promets) Oui je peux. Mais pas en me présentant à la job selon mon humeur du moment : si je veux vendre efficacement je vais mettre en sourdine une partie de ma personnalité, choisir mes actes et mes paroles, filtrer mes émotions selon le client que j’ai en face et la situation. J’arrive à le faire parce que c’est une job, une des multiples activités dans ma vie. (3)

PAR CONTRE moi avec mon chum/petit ami c’est supposé être moi, entière. Et de la même manière que pour être une bonne vendeuse, si je veux être une « bonne petite amie » je vais forcément devoir mettre en sourdine une partie de ma personnalité, choisir mes actes et mes paroles, filtrer mes émotions selon la situation et l’état de l’homme en face de moi, et donc ne pas être totalement moi-même. Qui peut être heureuse dans sa vie à long terme en n’étant pas elle-même dans une des relations les plus intimes qu’elle connait? Alors oui, il y aura une satisfaction momentanée: satisfaction du devoir accompli vu qu’on a été éduqué pour ça (ARK), satisfaction de se sentir utile, d’aider, de sauver et d’avoir réussi à être La Bonne Petite Amie TM. Mais tout ça c’est du travail affectif (ou « emotional labour » (3) ), c’est épuisant, c’est basé sur des mensonges  et ça ne peut pas amener un vrai bonheur dans la vie. Et bien sûr pour compliquer les choses, vous l’aurez compris, tout ça est rarement fait consciemment et même quand c’est conscient c’est très difficile de s’en sortir puisque hommes et femmes dans les relations hétéronormées sont socialisés pour agir selon ce schéma, on n’a pas vraiment d’autre modèle sous la main…

Et puis, c’est un peu différent mais je crois que le raisonnement marche aussi pour la « mauvaise petite amie » aka La ChieuseTM (que la bonne petite amie peut tout à fait devenir du jour au lendemain si elle décide de ne plus se censurer d’ailleurs) parce que là aussi elle joue un rôle, elle choisit ses actes et se censure selon le résultat/les réactions qu’elle recherche chez le partenaire mâle.

Je pense sincèrement qu’on est nombreuses à avoir été éduquées/socialisées pour devenir bonne dans notre job de petite amie (*dents qui grinces*). Une job consistant à nous mettre au second plan par rapport à l’objectif prioritaire à atteindre : l’épanouissement de notre chum/petit ami.

Batman slaping robin

MAIS L’ESPOIR DEMEURE! Une fois qu’on a conscience de tout ça c’est INCROYABLEMENT libérateur! Le revers de la médaille c’est à quel point c’est triste de voir nos amies dans des relations de couple qui correspondent à ce schéma ou en recherche d’une situation de couple de ce genre… Ce serait tellement plus épanouissant pour tout le monde si on apprenait tout simplement à nos filles à être elles-mêmes, d’être entières dans les relations avec les autres humains sans recherche de validation.

stock-vector-feminist-quote-feminism-teaching-girls-to-be-somebodies-instead-of-somebody-s-vector-typography-300109115

En ce qui me concerne après avoir réalisé tout ça j’ai choisi d’être moi-même, d’accepter mes émotions, mes failles, mes désirs, mes dégoûts, mes passions, etc sans plus attendre la validation des hommes ou de quiconque – c’est un travail constant bien sûr – et je le conseille à toutes les femmes, ça fait tellement de bien! 😀

tumblr_n2d5wa4zhi1ri46xbo1_250(Gif issu de la série géniale Broad City)

 

Notes et références :

(1) Étant attirée par les hommes et ayant été éduquée dans une société hétéronormative j’ai toujours visé des relations hétérosexuelles c’est donc de ce type de relations romantico-sexuelles que je parlerai dans cet article.

(2) La Manic Pixie Dream Girl :

Article en français : http://www.madmoizelle.com/manic-pixie-dream-girl-vie-epuisante-289291

Article en anglais : http://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/ManicPixieDreamGirl

Vidéo en anglais : https://www.youtube.com/watch?v=uqJUxqkcnKA

(3) Dans le contexte professionnel ça n’est pas idéal non plus mais je trouvais que ça illustrait bien cette capacité qu’ont beaucoup de femmes à se mettre en arrière-plan pour prioriser la satisfaction des autres. C’est vrai dans le milieu professionnel comme en privé et, selon les femmes ça peut être plus développé dans un domaine de la vie que dans l’autre. Pour illustrer, un très bon article en anglais https://www.theguardian.com/world/2015/nov/08/women-gender-roles-sexism-emotional-labor-feminism

Série de Twitt sur l’ « emotional labour », en Anglais https://storify.com/anne_theriault/emotional-labour-in-relationships